Auvergnate de naissance, Valérie a élu domicile à Poitiers il y a une dizaine d’années. Après 20 ans dans le tertiaire, dont 17 en mutuelle d’assurances où elle exerce les fonctions de commerciale, manager, contrôleuse interne et chargée de projet, elle engage, en 2018, une reconversion professionnelle dans la construction bois.

Dès lors, cette nouvelle vie la conduit à croiser la route de l’AlterBative et à découvrir le statut d’entrepreneur-salarié. Pour le plus grand plaisir de notre équipe, elle fait désormais partie de notre aventure coopérative. Rencontre avec notre nouvelle accompagnatrice technique.

Bonjour Valérie. Comme plusieurs de nos entrepreneurs, tu as osé la reconversion. Et comme plusieurs d’entre eux également, tu as choisi le bois. Pourquoi ce choix ?

Pourquoi le Bois ? Parce que j’aime son odeur, son toucher et parce qu’il me rappelle de merveilleux souvenirs d’enfance. Quant à ma reconversion vers la construction, elle est guidée par l’envie d’apporter ma contribution à la réponse à l’un des besoins primordiaux qu’est l’Habitat. Je l’imagine accessible à tous et en harmonie avec son environnement.

Cette reconversion s’est accompagnée d’une formation…

Oui, en 2019, j’ai suivi un CAP construction Bois avec le Greta de Saint-Maixent-l’Ecole (79) en même temps que Baptiste, qui exerce son activité de charpentier sous le nom de WoodAvenir au sein de l’AlterBative. Puis en 2020, j’ai réalisé un BTS Systèmes Constructifs Bois et Habitat à Nantes (44).

Qu’est ce qui t’a conduit à répondre à notre offre d’accompagnatrice technique ?

Mes projets professionnels et personnels s’enrichissent au fur et à mesure de mes rencontres et évoluent avec le temps qui passe.

A 50 ans, être sur les chantiers en permanence pourrait s’avérer pénible. Un accident de voiture récent, sans gravité mais m’immobilisant ponctuellement, m’a rappelé, que les causes de ne plus pouvoir exercer son activité de constructrice, ne se trouvent pas forcément dans l’exercice du métier. La prévention des risques et le maintien de son employabilité ont toute leur importance.

À titre professionnel, je me projette dans un mix chantier/bureau (20/80).

À titre personnel, j’ai le projet de rénover une maison.

Ainsi, le poste d’accompagnatrice technique à l’AlterBative a tout pour me séduire :

  • intégrer un collectif où coopération, partage des savoirs et savoirs faire, entraide, engagement sociétal et environnemental, souci du client, sont clairement affichés et bien réels. Je l’ai vécu en « live » avec Laurent Simon et Jérôme Mardon, entrepreneurs-salariés (ES) à l’AlterBative, lors de mon tout premier stage de CAP,
  • apporter une pierre (peut-être plusieurs) à l’édifice d’un habitat durable et frugal,
  • appuyer une équipe,
  • vivre le chantier : j’ai hâte de venir rendre visite aux CAPE et ES !
  • travailler de mes mains, puisqu’à temps partiel, je pourrais aussi me consacrer à mon projet personnel.

Quelles vont être tes missions au sein de la coopérative ?

Après quelques semaines de prise de fonction, dont une en formation avec les nouveaux Contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE) de l’AlterBative, Laetitia, Maud, Philippe et Nico (portraits à venir dans les prochains mois), je mesure l’ampleur des tâches qui m’incombent, ainsi que leur diversité et la multitude de connaissances que cela requiert.

En ce moment, je me concentre sur ma mission première qui est d’accompagner les entrepreneurs en contrat CAPE et les entrepreneurs-salariés (validation des devis, recherche de solutions techniques, conformité…). 

Je découvre aussi, en pratique et pas à pas, les qualifications et certifications de l’AlterBative en matière de RGE, leur coût ainsi que la complexité de leur gestion administrative.

Par ailleurs, mes priorités relèvent de la coordination et de l’organisation avec Sara et Philippe de l’équipe d’appui. Cela passe par la découverte des parcours, des activités, et des besoins des contrats CAPE et des entrepreneurs-salariés. Je dois aussi m’approprier les outils internes et les procédures de gestion administrative des diverses qualifications et certificats (Label RGE et autre).

Je suis soutenue au quotidien par Sara et Philippe, et par les ES qui me prêtent main forte lorsque je suis démunie sur un sujet. Je peux également faire appel à d’autres CAE du Bâtiment à l’instar de Coop&Bat, qui répond toujours présent.

Dans un deuxième temps, j’interviendrai sur les sujets tels que :

  • la formation technique en interne,
  • la prévention des risques,
  • les assurances,
  • les fournisseurs,
  • le développement de la coopérative.

Quelqu’un m’a dit « Accompagnateur technique, c’est l’Enfer et le Paradis », je commence à concrétiser la métaphore ! Dans tous les cas, je donnerai le meilleur de moi pour mener à bien ces missions et il y aura sans doute des faux pas. Je remercie d’avance mes collègues pour leur indulgence !

Quelles sont selon toi les qualités requises pour le poste ?

Le poste d’accompagnatrice technique au sein d’une CAE requiert, selon moi, intelligence relationnelle et émotionnelle, écoute, attention, rigueur mais pas de rigidité, sens de la relation client 

Après un mois de prise de poste, la posture à tenir me semble subtile : soutenir les actions et répondre aux besoins de chaque entrepreneur, tout en ne portant pas préjudice au collectif. Et appliquer les procédures de l’AlterBative, sans être intrusif dans la manière dont chaque entrepreneur souhaite mener son activité et/ou sans être un frein à leur développement.

C’est un excellent résumé ! As-tu vécu d’autres expériences coopératives avant l’AlterBative ?

Lors de mes formations, j’ai choisi de faire des stages dans des entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire, de petites et moyennes tailles, car j’avais l’espoir de rencontrer des femmes et des hommes qui pensent que partager est le fondement d’un monde en équilibre. Et…, c’est ce que j’ai trouvé.

Lors de mon premier stage de CAP, Laurent (EcoDemeure), entrepreneur-salarié discret de l’AlterBative, a été mon tuteur. Bienveillant, toujours à l’écoute, soucieux du bien faire et du bien fait, il construit et rénove des maisons comme si c’était les siennes. Son travail m’a conforté dans le parcours que j’envisageais aux toutes premières heures. À cette occasion, je rencontrais également Jérôme Mardon, (Oikos Boa), l’un des fondateurs de l’AlterBative.

J’ai effectué également des stages chez Daniau et Associés (86), SCOP spécialisée dans la couverture, la charpente et l’ossature bois, ou encore à Ambiance Bois (23), Société Anonyme à Participation Ouvrière en autogestion, exerçant l’intégralité des transformations du bois, de l’arbre à la maison.

Une dernière question avant de se quitter. As-tu des passions, des centres d’intérêt ?

Mon centre d’intérêt est le vivant sous toutes ses formes. Ma préoccupation est d’agir en le respectant et en essayant de limiter au maximum ce qui, par mes actions, pourrait lui être néfaste à court, moyen ou à long terme. Je ne touche pas aux plantes vertes par exemple 😉