Les coopératives d’activité et d’emploi (CAE) proposent une alternative unique pour entreprendre, qui permet de créer et de développer sa propre activité dans un cadre autonome, coopératif et sécurisé.

On en dénombre au moins 150 aujourd’hui en France qui accompagnent et hébergent plus de 12 000 entrepreneurs qui développent leurs activités dans des secteurs très diversifiés tels que l’artisanat, les services aux entreprises ou aux personnes, la formation, la culture, le transport ou encore le bâtiment.

Afin de porter leur ambition commune, d’accompagner leur développement, tout en s’appuyant sur l’échange et l’ouverture à l’origine de leur démarche, les CAE ont créé le 1er décembre 2020 la Fédération des CAE.

Un rapprochement naturel des CAE du bâtiment

Au sein de cette fédération, notre coopérative fait partie de la grande famille des CAE du bâtiment qui rassemble les savoir-faire et les métiers de notre secteur. En choisissant de se spécialiser et d’accompagner des électriciens, des plombiers, des couvreurs ou des charpentiers, les CAE du bâtiment sont confrontées aux normes et aux réglementations spécifiques à leur filière.

Ces caractéristiques, liées aux métiers qu’elles accompagnent, ont naturellement rapproché les CAE du bâtiment. Si elles ne présentent pas à ce jour de structure juridique commune, elles s’organisent à travers des collaborations plus informelles.

Par exemple, une fois par semestre les CAE du bâtiment se réunissent à l’initiative de la Fédération des Scop BTP afin de confronter leur quotidien, d’émettre des solutions à des problématiques communes et de se retrouver entre confrères et consoeurs. Outre ces séminaires, l’année 2020 a été ponctuée par plusieurs temps de travail en visioconférence.

Confronter les idées et mutualiser les solutions

À l’Alterbative, nous avons choisi de nous investir dans 3 groupes de travail portés par ce collectif :

  • la stratégie de développement des CAE,
  • la mutualisation des compétences des équipes au sein des CAE,
  • la formation des entrepreneurs.

L’axe de travail relatif à la stratégie de développement regroupe 5 structures. Les réflexions portent sur la définition du développement pour nos CAE ainsi que sur les objectifs et les moyens qui lui sont alloués. Ces échanges permettent de tenir compte des spécificités territoriales tout en étant extensibles voire généralisables à l’ensemble des CAE Bâtiment. 

En orientant notre développement sur des objectifs de croissance du nombre d’entrepreneurs, sur notre structuration et notre modèle économique, différents temps d’échanges nous ont permis d’établir une feuille de route que chaque structure sera ensuite libre d’appliquer.

Apparu suite au besoin de structuration des équipes d’appui, le groupe de travail relatif à la mutualisation des compétences à vocation à établir un état des lieux de nos fonctionnements et à recenser nos éventuels besoins de mutualisation. En effet, les CAE du bâtiment partagent des compétences similaires comme l’accompagnement technique, la communication, la gestion sociale, des réunions d’information collective, etc.

Au sein de l’Alterbative, par exemple, nous avons délégué une partie de la gestion sociale de notre coopérative à Coop&Bat, CAE du bâtiment installée dans les départements de la Gironde et de la Dordogne.

Enfin, le groupe relatif à la formation des entrepreneurs a notamment pour mission de réfléchir à la mise en commun de formations internes et à la simplification des démarches de prises en charge auprès des OPCO.

La qualité et la richesse de nos échanges au sein de ce collectif témoignent de la pertinence de ce réseau et de l’intérêt croissant que manifestent les artisans du bâtiment pour l’entrepreneuriat coopératif.