Pendant les quelques semaines de stages qu’impliquent leurs cursus de formation, Vincent Bergerault et Thomas Narvaez profiteront de l’expertise d’entrepreneurs de l’AlterBative. Pour les accompagner dans la mise en pratique de leurs enseignements, Baptiste Mareschal de Wood Avenir accueillera les compétences de Vincent tandis que Julien Hermouet et Guillaume Penin de Boiseum épauleront le projet de Thomas.

Si Vincent et Thomas évoluent sur des chantiers différents pendant leur période de stage, ils auront tous les deux le plaisir de travailler le bois : un matériau qui occupe une place privilégiée dans leur cursus et qui a orienté nos deux stagiaires vers l’AlterBative. 

Vincent et l’école de l’expérience

Touche à tout, curieux, Vincent se définit comme une personne manuelle, désireuse d’apprendre. Fort de sa démarche d’autodidacte, il s’épanouit dans le caractère concret des projets. Le collectif qu’il retrouve à l’AlterBative est “une valeur importante” pour Vincent qui agit en militant dans l’âme.

Avec un bac électrotechnique spécialisé dans les basses tensions, complété par un bac pro chaudronnier, Vincent ne se destinait pas vraiment au travail du bois… Mais diverses expériences professionnelles dont il ne se satisfait pas, le conduisent à repenser son projet d’avenir.

De père en fils, le bois est dans sa famille, depuis toujours. Vincent qui le travaille en parallèle de ses diverses expériences finit par créer son entreprise de construction de petits objets en bois. Il confectionne des coffrets, des boîtes à bijoux ou encore des brosses à dents.

Après trois années d’activité entrepreneuriale, et face aux conditions qu’impose un  développement qu’il ne souhaite pas subir, Vincent met un terme à son entreprise. Il renouvelle les expériences salariées à la découverte de nouvelles structures et de nouvelles pratiques qui enrichissent son bagage.

Dans le même temps, c’est en autodidacte qu’il dessine et construit la yourte dans laquelle il vit aujourd’hui. Ce projet le conduit à réaliser qu’il souhaite continuer dans cette voie en formalisant ses compétences et connaissances. À partir du mois de mars prochain, il suivra un CAP Charpentier Bois à l’AFPA. Sa principale motivation réside dans la maîtrise de l’outil à main : “j’aime travailler le bois avec des outils non mécaniques car on ressent davantage la matière”.

C’est à l’occasion du montage de sa yourte qu’il rencontre Baptiste Mareschal de WoodAvenir. Présents du montage à la pose du premier meuble, Baptiste et Vincent partagent la même passion de l’habitat léger.

Thomas et la voie du bois

Thomas se souvient qu’enfant, il fabriquait des épées en bois qu’il taillait et ponçait lui-même. Cette passion d’enfance n’est peut-être pas étrangère à son choix lorsqu’il a fallu formuler un vœu à la sortie du lycée.

Aujourd’hui, Thomas a 20 ans et travaille le bois par plaisir. Actuellement en formation au GRETA, il suit un CAP menuisier installateur. Après l’obtention de son CAP, il projette de réaliser des missions d’intérim pour acquérir de l’expérience et découvrir différentes entreprises du bâtiment.

En réalisant un bilan à mi-parcours de son stage et après avoir suivi une réunion d’information collective à propos du statut d’entrepreneur-salarié de notre coopérative, Thomas s’avère de plus en plus intéressé par le modèle d’entrepreneuriat collectif que nous proposons. Et pour cause, il est déjà familier de l’AlterBative. En 2020, Thomas a réalisé un stage auprès de Michal LACKO, l’un de nos menuisiers, dont il garde un excellent souvenir.

L’occasion de mettre en corrélation le cursus de formation avec les besoins opérationnels de nos artisans

Aujourd’hui Vincent est en stage auprès de Baptiste pour confirmer son projet professionnel avant de suivre la formation CAP Charpentier Bois. Ce stage lui permet d’apprendre des “astuces de chantiers qu’on n’apprend pas à l’école”, de se confronter à des cas concrets et pratiques et surtout de profiter du savoir et du savoir-faire. Mais il permet également d’apporter un complément d’aide à son tuteur.

Pour Baptiste, expérimenté dans l’encadrement d’équipe et l’animation de collectifs, accueillir un stagiaire peut parfois rimer avec “accueillir une personne non qualifiée”. Cela nécessite de lui “consacrer du temps et peut freiner l’avancée de certains chantiers”. Mais Baptiste joue le jeu d’accueillir Vincent suite à leur expérience positive de construction d’une yourte. Savoir que Vincent avait déjà pratiqué et qu’il maîtrisait le jargon était un atout pour son activité.

Le stage actuel de Thomas auprès de Boiseum lui “apporte de la technique, de l’expérience de terrain”. C’est le complément parfait aux apports théoriques du GRETA.

Julien Hermouet et Guillaume Penin lui enseignent les points de vigilance liés au métier, et le conseillent sur ses axes d’amélioration. Sur les chantiers, ils privilégient l’autonomie pour favoriser sa montée en compétence et sa prise de confiance.

Pour Thomas, cette expérience lui “permet d’avancer plus vite que s’il n’avait personne derrière lui.” À l’origine, pendant son stage du 18 janvier au 19 février, il devait réaliser la pose d’isolation intérieure sur des rails de plaque de plâtre. Avec ses tuteurs, ils opteront pour une alternative en ossature bois. Il a aussi réalisé l’installation d’un garde-corps, une rambarde d’escalier qu’il a posée en étant soutenu et guidé par Guillaume. Et quand on lui demande comment il vit son stage, il répond sans hésiter :

“J’ai toujours quelque chose à faire donc c’est top”.

Loin des clichés de la photocopieuse et de la machine à café, nous remercions nos deux stagiaires pour leur investissement et leurs tuteurs pour leur avoir offert le cadre favorable à la mise en pratique.