“Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour. Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toujours”. Voilà un adage qui pourrait résumer la philosophie qui gouverne à l’activité de Lætitia. Avec son projet d’entreprise nommé Titilefera, Lætitia rejoint notre coopérative en tant qu’agente de maintenance du bâtiment. Un projet qui associe ses compétences à ses aspirations sociales.

L’architecture et le bâtiment

Alors qu’elle suit les enseignements d’un Bac Génie Civil, qu’elle obtient en 2005, Lætitia projette de devenir architecte d’intérieur. Mais lorsqu’elle postule en école d’architecture, les faibles taux d’admissions issues des filières professionnelles la privent de son souhait. Elle se tourne provisoirement vers la faculté d’histoire de l’art et d’archéologie avant de trouver du travail en maçonnerie en 2006.

À cette époque, son père ouvre une auto-école à Mornac en Charente. Attirée par l’aventure entrepreneuriale, Lætitia rejoint l’entreprise familiale qu’elle va accompagner dans son développement pendant 13 ans. En 2020, un événement familial marque la cessation de cette activité. Lætitia amorce sa reconversion professionnelle et renoue avec son premier souhait professionnel : le bâtiment.

La reconversion professionnelle

Sur les conseils d’une amie, elle engage un bilan de compétences avec l’antenne charentaise de l’association Retravailler, un acteur de l’accompagnement et de la sécurisation des trajectoires professionnelles. Ce travail conforte son projet et son envie de revenir à ses aspirations initiales. Deux formations s’offrent à elle pour reprendre le chemin des chantiers : cheffe de chantier ou agente de maintenance du bâtiment. Pour des raisons d’organisation personnelle et de proximité, cette deuxième option reçoit sa faveur.

C’est à l’AFPA de Mornac que Lætitia suit sa formation en 2020. Elle y obtient le titre professionnel niveau 3 (CAP/BEP) d’agent de maintenance des bâtiments. Les objectifs de la formation ouvrent des perspectives d’emploi dans la maintenance courante des aménagements intérieurs, de l’installation et des équipements électriques, thermiques ou sanitaires d’un bâtiment. Les débouchées sont fréquentes dans les grandes entreprises ou les collectivités territoriales.

Mais Laetitia prévoit de créer son entreprise et entend mettre ses compétences à la disposition des particuliers.

Un projet d’entreprise à la dimension sociale

Le projet de Laetitia consiste à proposer une large palette de services dans le dépannage,  l’entretien et la rénovation de l’habitat particulier : plomberie, électricité, carrelage, parquet, peinture, maçonnerie, menuiserie, etc. Une façon pour elle d’intervenir auprès des personnes en situation de fragilité (comme les personnes âgées) ou de les accompagner vers plus d’autonomie grâce au coaching et à la transmission de ces savoirs (à l’attention notamment des femmes célibataires).

Cette même amie qui l’a aiguillée vers le bilan de compétences, lui fait découvrir les Coopératives d’Activité et d’Emploi (CAE) : un moyen de créer son activité tout en restant salariée. Dans un premier temps, elle rencontre la CAE Scopadom qui accueille les activités de services et de loisirs à domicile. Cette dernière accueille son activité et lui conseille de compléter sa démarche auprès de l’AlterBative pour des raisons liées au bâtiment. Son projet trouve un écho favorable au sein de notre coopérative. Titilefera aura donc deux statuts en fonction de la typologie de ses interventions et de ses chantiers.

Aujourd’hui Lætitia intervient à 30 minutes aux alentours de Chasseneuil-sur-Bonnieure en Charente. Ses prestations s’étendent également à l’entretien des espaces verts et sont éligibles au chèque emploi service (CESU) et au crédit d’impôt selon la nature des travaux.

Pour parfaire son développement, elle prévoit de rechercher des prescripteurs et partenaires auprès des réseaux associatifs de service à la personne ou des mairies. En restant salariée, Scopadom et l’AlterBative lui permettent de tester son activité en toute sécurité.