En quelques années, et presque autant d’expériences professionnelles, Léandre à troqué son poids lourd pour un vélo et sa vie de chauffeur routier pour celle de plombier. Alors qu’il a rejoint notre coopérative cette année, il nous fait part de son parcours et de ses motivations. Rencontre avec un jeune entrepreneur qui a choisi l’AlterBative pour poser ses valises.

Bonjour Léandre, peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai grandi en région parisienne où j’ai suivi mes études dans le transport routier. J’y ai passé mes permis et un bac pro logistique. Après quoi, j’ai travaillé pendant 6 ans comme chauffeur en région parisienne et dans toute la France.

À l’âge de 25 ans, je me suis installé à Dax pour suivre une formation sur l’exploitation forestière. Je souhaitais devenir garde forestier pour l’office national des forêts. Mais à l’époque, les difficultés économiques et les questions de rentabilité liées à la gestion de la forêt commençaient déjà à se faire sentir.

J’ai finalement repris mon ancien métier de chauffeur routier dans le transport du bois. Je chargeais les grumes* en forêt et je les livrais dans les papeteries ou les scieries de la région (Aquitaine). Cela a duré 3 ans.

Puis je suis parti en Australie, à Perth, sur la Côte Ouest, avec un visa Working Holiday de 1 an. J’ai réussi a faire valider quelque permis PL par l’administration australienne. J’y suis resté 8 mois à bosser dans quelques fermes. Ca ma permis de me rendre compte de l’immensité de leurs exploitations agricoles et du territoire australien.

À mon retour, en 2009, la tempête Klaus a imposé de très lourds dégâts au massif forestier landais. J’ai retravaillé pendant 6 mois comme chauffeur. À cette époque j’achète ma première maison et je commence à bricoler : parquet, sanitaire, etc. La recherche de travail me conduit à déménager et à l’achat de ma deuxième maison dans le sud Gironde dans laquelle je rénove tout de A à Z !

Ces expériences m’ont permis de découvrir ma vocation et m’on conduit à l’artisanat et au bâtiment avec un intérêt pour l’autonomie énergétique et le développement durable. Deux formations en 2017 et 2018 me permettent d’exercer mon activité d’aujourd’hui :

  • Une formation de formateur chez AEZEO 56 à Lorient où j’ai appris l’auto construction d’éoliennes Pigott, l’installation de panneaux solaires thermiques, de poêle à bois bouilleur, etc. Bref comment devenir le plus autonome possible en énergie !
  • Et en 2018 une formation pour adulte, un titre professionnel d’installateur thermique et sanitaire à l’Afpa du Vigeant dans la Vienne.

Et donc aujourd’hui tu as choisi l’AlterBative pour développer ton activité…

C’est ça, je suis en contrat CAPE, durant la première année d’exercice pour tester et lancer mon activité. Cette année-là me permet de chercher mes premiers chantiers et de m’équiper. Ce statut me permet de conserver mes droits ouverts à Pôle Emploi en complément de mon activité.

Quels sont les services que tu proposes ?

Je fais surtout de la plomberie sanitaire, évier, robinets, salle de bains, plonge de restaurant, fuite, dépannage, chauffe eau solaire…

Comment on s’y prend pour trouver ses premiers chantiers ?

Je bosse assez souvent avec Stéphane Vicat du Tuyau Vert, un autre artisan plombier de la coopérative. On s’entend bien ! Et puis de la communication…

Je travaille principalement sur Grand Poitiers. Mais si j’ai des chantiers un peu plus importants je peux aussi me déplacer.

Comment as tu découvert l’AlterBative et l’entreprise coopérative ?

J’ai découvert l’alterbative en effectuant des recherches sur l’entrepreneuriat solidaire. Je les ai trouvé sur Facebook. Je cherchais un modèle qui porte des valeurs humaines et de solidarité.

Et le statut te convient ?

Le statut me procure beaucoup de confort. Je peux me concentrer sur la relation client, mes fournisseurs, mes devis et mes factures. Pas besoin de m’occuper de mes déclarations URSSAF et du versement des cotisations.

C’est le travail d’accompagnement de l’AlterBative…

Oui, l’accompagnement à l’AlterBative est très important et très bien ficelé, je trouve. On a l’impression que ça roule tout seul, même si le service apporté est considérable.

Je suis également à l’AlterBative pour la coopération. Je fréquente les associations écologistes et les réseaux coopératifs de la ville.

À ce propos, je crois que tu participes à un autre projet coopératif ?

Oui, je fais partie de Poit’ à vélo. On y développe la livraison de repas et de colis sur Poitiers à Vélo. D’ailleurs nous commençons tout juste à lancer les livraisons de repas le soir.

Et tu pratiques le voyage à vélo !

Oui, l’année dernière, courant septembre, je suis parti jusqu’à Munich en vélo. Un périple de 15 jours et 1500 km, vraiment très sympa. J’ai continué le voyage jusqu’à Istanbul puis jusqu’à Athènes en Bus.

Que dirais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer à son compte ?

Oublie que tu n’as aucune chance ! Fonce 🙂


* Grume : Tronc d’arbre abattu auquel on a enlevé les branches, mais pas l’écorce.