fbpx

“Avec l’hiver et la vie qui s’organise à l’intérieur, une pièce de plus ne serait pas de trop…” “Si nous avions aménagé le tour de la maison, nous ferions surement moins de ménage…” “L’idée de se remettre dans des travaux trop longs ou envahissants ne nous enthousiasme pas beaucoup !”

Si vous vous êtes déjà fait l’une de ses remarques, nous avons peut-être une solution pour vous. Maison bois, extensions bois, bardage, terrasse, pergola : avec Ecodemeure créé à Niort en 2015, Laurent Simon, artisan charpentier et constructeur bois a développé son offre de services autour de ce matériau qui lui permet de répondre aux attentes environnementales de ses clients tout en optimisant la durée de ses chantiers. Rencontre avec un entrepreneur qui a mis la relation client au cœur de son activité.

Bonjour Laurent, je crois que tu n’as pas toujours été charpentier, peux-tu nous parler de ton parcours ?

À la sortie de la faculté de sciences économiques de Rennes, j’ai travaillé une dizaine d’années en tant que commercial dans l’industrie pharmaceutique. Ne trouvant plus d’intérêt dans ce métier, j’ai pris, à la naissance de mon 3ème enfant en 2007, un congé parental. Ceci m’a donné un temps de réflexion pour orienter mon parcours professionnel ainsi que du temps avec mon fils. La construction de ma maison ossature bois en 2009 a été le déclic.

C’est ce qui a guidé ta reconversion professionnelle ?

Oui, en 2012, j’ai passé un CAP constructeur bois puis à la suite un BTS système constructif bois et habitat en contrat de professionnalisation. Aujourd’hui, cette formation me permet de porter un projet de sa conception (dimensionnement, plans d’exécution) à sa réalisation.

Justement, peux-tu nous en dire plus sur ton métier ?

Mon métier est à la fois un métier de relation et un métier de technicien :

  • la relation avec la personne qui nous confie son projet,
  • la technicité du métier de charpentier ou de constructeur bois en contact avec la matière.

Concrètement, un client nous apporte son projet, puis un échange s’établit autour des matériaux à utiliser, des formes du projet, de sa faisabilité au regard du budget… Et en fonction du projet, un dimensionnement et des plans d’exécution de la structure peuvent être nécessaires.

Et tu exerces ton métier de charpentier à Niort, et dans ses environs ?

J’ai d’abord commencé mon activité en étant mobile sur le département des Deux-Sèvres et limitrophe, aujourd’hui mon activité va se concentrer sur un rayon d’une trentaine de kilomètres autour de Niort.

Est ce qu’il y a un chantier en cours ou passé dont tu aimerais nous faire part ?

Chaque chantier est unique et tous présentent des intérêts particuliers… Le chantier sur lequel je travaille en ce moment en collaboration avec 2 architectes niortais est particulièrement intéressant dans ses formes, dans l’utilisation des matériaux écologiques et dans la complexité de sa réalisation. Il s’agit d’une extension bois en douglas s’ouvrant sur une terrasse bois.

Comment as-tu découvert l’AlterBative ? En quoi le statut d’entrepreneur-salarié est il un atout pour le développement de ton activité ?

En faisant des recherches sur internet, j’ai trouvé le site de la coopérative qui proposait une réunion d’information dans ses bureaux et j’ai tout de suite accroché au concept.

Je souhaitais créer un activité de constructeur bois en utilisant au maximum les matériaux bio-sourcés, écologiques, ce qui est la nature de l’activité de notre coopérative.

Par ailleurs une des difficultés de la création de mon activité était le démarrage seul d’une entreprise nécessitant des moyens humains. La coopérative permet la collaboration entre entrepreneurs palliant ainsi ce problème. Sur certains chantiers leur aide et leur implication a été très précieuse.

De plus le fait d’être entrepreneur et salarié me permet de bénéficier des aides et conseils (administratif , législatif, relation clientèle…) de l’équipe d’appui ce qui me permet de me concentrer sur le cœur de mon métier (devis, relation clientèle, chantier). L’échange entre collègues charpentier et artisans d’autres métiers permet également de trouver des solutions auxquelles on n’avait pas pensé.

Par ailleurs, les avantages que propose la coopérative en terme de formation sont importants. J’ai ainsi pu être labellisé RGE, obtenir des CACES, une formation échafaudage et sécurité, et récemment une formation pro-paille.

Que dirais-tu à quelqu’un qui souhaite se lancer à son compte ?

Dans mon cas cela aurait été très difficile de créer mon activité seul pour réaliser les projets que je porte aujourd’hui. La coopération (en terme d’accompagnement, de conseils, de coopération en interne) est une aide précieuse dans la création d’une activité.