Saidouba Camara a rejoint l’Atelier Lacko, atelier de menuiserie au sein de l’Alterbative, pour un premier stage en juillet 2020. Il était alors mineur non-accompagné originaire de Guinée. Aujourd’hui majeur, Saidouba suit un contrat d’apprentissage dans le cadre d’un CAP Menuiserie qu’il prépare au CFA de Saint-Benoît. Nous l’avons interrompu en plein chantier de rénovation pour faire connaissance et en savoir plus sur ses projets.

L’équipe de l’atelier Lacko – Saidouba à gauche, Michal Lacko à droite

Bonjour Saidouba, avant d’arriver en France tu étais déjà menuisier en Guinée. Qu’est-ce qui change dans le travail que tu réalises aujourd’hui ?

Il y a beaucoup de différences entre le travail que je réalisais en Guinée et les travaux que nous réalisons ici à l’Atelier Lacko. Ces différences sont principalement dues aux caractéristiques du bâti qui dépend des conditions climatiques. 

En Guinée, il n’y a pas de chantiers d’isolation par exemple. Donc pas de plaques de plâtre pour habiller les murs d’une maison ou les plafonds. Nous travaillons principalement avec du bois, du contreplaqué pour ce type de mise en œuvre. 

De la même manière, les essences de bois avec lesquelles j’avais l’habitude de travailler là-bas n’existent pas ici. En Guinée je travaillais avec du Lingué ou de l’acajou pour les menuiseries intérieures. ici, j’ai découvert de nouvelles essences comme le châtaignier par exemple que je ne connaissais pas.

En quoi consiste le travail que tu effectues ici et comment s’organise-t-il avec les cours que tu suis au CFA ?

Mon temps d’apprentissage se partage entre les cours (1 semaine) et le travail en entreprise (3 semaines). Pour le chantier sur lequel nous nous trouvons aujourd’hui, je mets en œuvre l’isolation en laine de bois et la pose de plaque de plâtre sur les murs et au plafond.

Depuis que j’ai démarré, j’ai eu l’occasion de participer à tous types de travaux en lien avec le travail du bois. Cela va de l’aménagement intérieur (rangements, cuisines, bibliothèques, escaliers, terrasses), à l’isolation et au remplacement de menuiseries (portes, fenêtres).

Notre travail se répartit de manière équitable entre l’atelier et les chantiers. Pour l’instant, je n’ai pas eu l’occasion de m’initier aux tâches administratives liées au métier, comme les devis et les factures, mais c’est en projet pour la deuxième ou troisième année d’apprentissage.

Il te reste donc 2 ans pour finaliser ton apprentissage. Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ? Est-ce que tu sais déjà ce que tu voudrais faire ?

Michal me transmets beaucoup. Le principe de l’apprentissage m’apporte beaucoup de choses dans l’exercice de mon métier. J’aime la conception d’aménagement intérieur, la fabrication de mobilier, mais j’ai découvert l’isolation et la pose de menuiseries que j’aime beaucoup également. 

J’aimerai continuer à travailler avec Michal si c’est possible et pourquoi pas avec d’autres professionnels pour découvrir leur manière de faire. Dans tous les cas, j’aimerai m’installer à Poitiers où je me suis fait des amis.


Lorsqu’il est arrivé en France, Saidouba a été accompagné par l’Association Min’de Rien  qui apporte du soutien aux mineurs et jeunes majeurs qui rencontrent des difficultés eu égard à leur statut d’étranger, et par le pôle REMIV situé à la Maison des 3 quartiers qui accueille et accompagne les jeunes Mineurs Isolés Étrangers.

“Saidouba a récemment obtenu son permis de séjour qui était conditionné à ce contrat d’apprentissage. Nous espérons que cette expérience pourra contribuer à son projet de vie, puisque c’est ici, à Poitiers, en France, qu’il souhaite vivre.” explique Michal.